Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 8 décembre, à Lyon c'est la fête... mais de quoi, au juste?
Chaque 8 décembre, on en parle dans toute la France, et même ailleurs dans le monde: A Lyon, c'est la fête de la Lumière!" 
 
Erreur, le 8 décembre,  ce sont les Illuminations et non la fête des Lumières.

Dans la période de 1550 à 1643 , la peste fait des ravages dans le Sud de la France et  plusieurs milliers de lyonnais meurent de cette terrible maladie , près de la moitié de la population de Lyon disparaît. Malgré les recherches médicales, peu étaient possibles à l'époque, rien ne s'arrange et le peuple s’en remet à la vierge Marie : 

"... Nos Echevins s’engagèrent à élever deux statues de la Vierge, l’une sur la place des changes, l’autre sur la pile du pont de Saône. "
Ils firent vœu pour eux et pour leurs successeurs, de participer à..."toutes les fêtes de la nativité de Notre Dame qui est le huitième jour de septembre, sans robe, néanmoins avec leurs habits habituels, en la chapelle de Fourvière pour ouïr la messe, y faire les prières et les dévotions à la dite Vierge et lui offrir en forme d’hommage et reconnaissance, la quantité de sept livres de cire blanche en cierges et flambeaux et un écu d’or au soleil... et ce pour la disposer à recevoir en sa protection particulière la ville de Lyon..." 

L’épidémie de peste s’arrête cette année là, à Lyon, alors qu’elle continue dans le reste des territoires touchés.

Dès lors, les Echevins, le jour de la nativité de Marie - le 8 septembre, assistent à une « grand messe » et remettent ce que promis à l’évêque de Lyon, écu d’or et cire blanche.

Mais nous parlons là du 8 SEPTEMBRE... pas du 8 décembre!

 A partir de cette époque ,les Lyonnais se rendent fréquemment au sommet de la colline de Fourvière dans une petite église  blottie contre la basilique, pour y faire un voeu, quand la famille, les enfants, le monde, en a besoin... 

La fréquentation intense du lieu oblige à une restauration de la vieille église, les travaux commenceront en 1848.
En 1852 la restauration du clocher est terminée et l’on va placer sur celui-ci une magnifique statue de Marie en bronze dorée. et, pour ce faire, la date choisie est celle du 8 septembre 1852, celle de la Nativité de Marie.
Cela ne pourra être fait ce soir là: orages, innondations, la Ville de Lyon est sous les eaux!
La dâte sera donc reportée au 8 décembre,  jour de  la fête de Notre Dame des Advents qui deviendra  la fête de l’Immaculée Conception.
 A la nuit tombée pour montrer qu'ils participent à la liesse générale, les lyonnais déposent sur leurs fenêtres, des bougies qui, pour certaines, brûleront jusqu’au petit matin.

"Tout à coup apparaissent à quelques fenêtres inconnues des lignes de feu... La ville s’était embrasée en un instant. Bientôt, il ne restait plus, sur la vaste étendue des quais, des rues, des passages ignorés et des cours invisibles, aucune fenêtre obscure. Les petits marchands, les clochers, illuminaient leurs baraques, leurs voitures et jusqu’aux bordures des trottoirs... Quelques feux de Bengale s’allumèrent sur les toits de la chapelle de Fourvière, la statue de la Vierge apparaît et la grosse cloche de Saint Jean, cet éloquent interprète des joies publiques, est lancée à toute volée. A huit heures, la population entière était dans la rue, circulant, paisible, joyeuse et attendrie. On se serrait la main sans se connaître, on chantait des cantiques, on applaudissait, on criait : "Vive Marie ! " Les étrangers n’en revenaient pas de leur surprise, et les Lyonnais, tout remplis qu’ils étaient de cette fête improvisée, se demandaient comment, en un instant, une population de trois cent mille âmes avait pu être saisie de la même pensée".

Le temps passant, le geste de Foi est devenu un acte commun à tous  lyonnais comme le remerciement d’une ville d’être encore vivante, comme un geste de joie, et le fait de mettre quelques bougies à la fenêtre le 8 décembre, se perpétue dans toutes les familles, toutes religions confondues.

 
"extrait du livre de Louis Jacquemin, Histoire des églises de Lyon, publié aux éditions Elie Bellier
http://www.lyonweb.net/
Tag(s) : #Société

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :