Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Beaucoup en rêvent mais ne savent comment s'y prendre. La marche à suivre est précise pour éviter des problèmes auxquels on ne s'attend pas...

Voici les principaux points à traiter, dans l’ordre.

Le choix de l’emplacement dans l’appartement

Il est très important car il va définir les dimensions du bac, donc le volume d’eau et, en conséquence, la population possible.

Ce qu’il faut éviter:

  • que les rayons du soleil pénètrent dans la cuve, favorisant l’apparition d’algues. *
  • installer l’aquarium dans un lieu de passage (il sera moins aisé de profiter du spectacle et les poissons seront soumis au stress d’allées et venues). Préférez un emplacement d’où il pourra être contemplé assis. **
  • la présence de reflets dûs aux fenêtres.*
  • la proximité d’un chauffage, d’un micro-ondes, d’une télé ou d’autres sources de vibrations. Celles-ci se communiquent à l’eau et les poissons y sont très sensibles.

Ce qu’il faut faire, une fois l’emplacement défini:

- calculer le poids total de l’installation envisagée. Cuve en verre, eau, sable et décorations ...cela fini par faire lourd. *

- vérifier, en cas de gros volume, les caractéristiques techniques du sol de l’endroit choisi ; plancher, béton etc. La construction permettra-t-elle de supporter une telle charge ? Si c’est un immeuble, vous pouvez éventuellement demander à la régie de vous communiquer ces données .

- être sûr que le support, s’il n’est pas prévu à cet effet, pourra résister.

- s’assurer que l’ensemble sera parfaitement de niveau une fois définitivement installé, car ce sont les joints du bac qui, dans le temps, risqueraient de lâcher.

Pour éviter les mauvaises surprises, voir s’il n’y a pas d’obstacles insurmontables, comme des portes trop étroites, un palier ne permettant pas de manipuler la cuve pour changer de direction, beaucoup d’escaliers ou un ascenseur trop petit ....

L’achat du bac et, éventuellement, de son support.

Si la place disponible au sol est réduite, certaines marques proposent des cuves plus hautes que les gammes classiques, ce qui permet de gagner du volume. Compte tenu du poids engendré, le meuble est souvent vendu avec l’aquarium, par sécurité.

Tenté par une « bonne » occasion? Il faut bien regarder l’état de la cuve : si elle est rayée, des micro-algues envahiront ces creux et seront difficiles à déloger.

Se renseigner auprès du vendeur : depuis combien de temps ne sert-elle plus ?

Les joints, séchés et soumis à des variations de température, en cas de séjour en cave ou en garage, par exemple, peuvent être fragilisés et risquent de céder à la pression de l’eau, quelques temps après la remise en route.

De toutes façons, il est vivement conseillé de tester l’étanchéité en faisant un premier remplissage d’eau et d’attendre deux ou trois jours. En cas de doute, la solution peut être de re-siliconer*. Dans ce cas, bien respecter le temps de séchage du produit avant la mise en eau.

La plupart des débutants en aquariophilie s’équipe d’un petit bac pour essayer. Mais ils se sentent vite frustrés, un trop petit volume ne peut accueillir que très peu de poissons. Une cuve de 60 à 80 litres semble un bon compromis.

Enfin, pour profiter d’un aquarium en toute sérénité, mieux vaut prévenir l’assurance habitation de son installation, pour éviter tout risque de conflit ultérieur.**

* L’art de l’aquarium de Colette Rabut et Patrick Butteux (Bordas Nature)

** Aquariums de Peter Stadelmann (Petits Pratiques Hachette )

L'achat d'un aquarium doit faire l'objet une grande réflexion, sa réussite est en jeu!
Tag(s) : #aquariophilie, #Deco &Recyclage

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :