Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Très attrayants par leurs couleurs et leurs comportements, tous les cichlidés déchainent des passions. Mais par bien des points, le labido jaune, gagne tous les suffrages.

Son origine, son habitat

Le Labidochromis caeruleus provient du Malawii, lac d’Afrique de l’Est. On le trouve entre dix et vingt mètres de profondeur maximum alors que le lac en offre plus de 700, pour une surface de 26 000 km².

Malmené par le travail de la croûte terrestre qui n’arrête pas de s’étirer, puis de se compresser, provoquant des déchirures et des failles, le fond du lac, depuis vingt millions d’années, n’arrête pas de se modifier, d’où des variations de niveaux d’eau possibles*.

Il y a formation de volcans et de nombreux éboulis de roches. Labidochromis coeruleus aime se réfugier dans leurs infractuosités protectrices.

Un jaune éclatant pour ce cichlidé attachant et calme

La couleur est acidulée, intense, sur tout le corps. La dorsale est ornée d’un liseret noir velouté ainsi que les deux petites nageoires pelviennes, se situant au niveau des ouïes, du mâle, alors que celles de la femelle restent translucides.

Le mâle est un peu plus dodu, la femelle plus fine, les deux ont de gros yeux ronds qui leur donnent un air étonné. C’est le plus doux des cichlidés, bien que n’étant pas le plus petit, et ses proportions, dix à quinze centimètres, font que l’on peut le maintenir en compagnie d’individus plus gros sans le mettre en danger.

Reproduction et maintenance du Labidochromis caeruleus

Les cichlidés ont la particularité de se reproduire très facilement, le labidochromis n’échappe pas à la règle mais un couple peut cependant prendre son temps, quelques fois deux ou trois ans, avant de se décider à avoir des descendants.

Les individus que l’on trouve aujourd’hui dans le commerce, sont pratiquement tous issus d’élevages dont les premiers se situent assez récemment, après les années 80.

Le labidochromis est un incubateur buccal, la femelle garde les œufs dans la gueule alors que le mâle arbore fièrement une ou des ocelles, sur sa nageoire ventrale. La quantité d’ocelles est une indication sur l’âge du poisson car la première apparaît lorsqu’il est en âge de se reproduire, ensuite c’est à peu près une par an.

Il est monogame, donc à maintenir en couple(s), un ou plusieurs en fonction du volume de l’aquarium.

Volume et décor pour le labido jaune

Cent cinquante à deux cents litres sont nécessaires pour une petite population d’une dizaine d’individus.

Le sable sera clair, éventuellement de corail comme pour l’eau de mer, puisque c’est l’origine de ces animaux, mais pas trop fin pour qu’ils puissent, en le prenant dans la gueule, gérer « leurs » terrassements sans piquer de colère s’il y a effondrement !

Préférez une cuve en longueur plutôt qu’en hauteur car ils aiment se déplacer à l’horizontale et pas de haut en bas, et surtout dans la moitié inférieure du bac.

Le décor, en majorité minéral, de pierres claires (www.aquaroche.fr) ou de roches de lave rouge, devra être posé à même le sol de l’aquarium, le sable réparti autour. En effet le Labidochromis caeruleus creuse beaucoup, prenant les graviers dans la gueule pour les déplacer et « nettoyer » ainsi le sol de la caverne qu’il se sera attribuée. Il risque donc de faire effondrer l’ensemble de la structure en la déstabilisant.

On pourra rajouter des racines, en prenant soin de les faire bouillir avant pour qu’elles ne teintent pas trop l’eau, et des poteries, en s’assurant que celles-ci aient une entrée et une sortie pour permettre une bonne circulation.

Cette espèce ne mange pas les plantes, sauf s’il n’y a rien d’autre à se mettre sous la dent ! Le fait que le labidochromis soit un gros terrassier nous oblige, si on ne veut pas retrouver les végétaux flottant à la surface, à les faire enraciner sur des roches ou des racines de bois pour aquarium.

Les Anubias ou le Microssorum se prêtent très bien à cette utilisation.

On peut trouver, dans certains commerces d’aquariophilie des compositions de plusieurs plantes sur un même support, de roche ou de bois (www.dennerle.de) . Très pratiques, inutiles de les planter, il suffit de disposer l’ensemble où l’on veut, même en hauteur entre des roches.

Equipement technique de l’aquarium pour le labido jaune

Rien de plus, ni moins, que pour une autre population. C’est à dire une filtration, intérieure ou extérieure, en rapport avec le volume de la cuve, sans brassage excessif.

Une eau entre 23 et 27°C est très correcte. Vous pouvez utiliser un chauffage thermostaté si vos conditions de logement l’obligent, tout en sachant que, s’il y a une baisse de température nocturne, c’est une situation normale dans la nature et que cela convient très bien aux poissons.

Prenez le temps, par contre, de vous intéresser à l’éclairage. Non pas en nombre de tubes, mais plutôt en qualité de lumière. Tous les néons n’ont pas le même rendu, c’est la « température de couleur ». On dit d’une lumière jaune ou rose qu’elle est « chaude », d’une lumière blanche ou bleue, qu’elle est « froide ».

Et c’est étonnant ce que cette différence de tonalité peut jouer sur notre perception de la couleur des poissons !

Le jaune « bouton d’or » de Labidochromis caeruleus sera plus chaud, donc plus orangé, ou plus froid, donc acidulé, selon les tubes utilisés.

La nourriture du Labidochromis caeruleus

Elle peut être en flocons ou en granulés variés pour cichlidés, comprenant aussi de la spiruline.

En congelé il aimera les artémias, la chair de poisson, mais il faut éviter les vers de vase susceptibles de provoquer des allergies.

Les Labidochromis caeruleus sont particulièrement réactifs à l’ambiance de la pièce où se trouve l’aquarium.

L’arrivée de personnes méconnues les fait tous se cacher immédiatement dans les creux des rochers, faisant croire à un aquarium vide… Puis, une fois tout le monde assis, ils réapparaissent timidement, les uns après les autres, animant le décor de leur parure d’un jaune éclatant !

C’est un spectacle qui suscite, à chaque fois, l’étonnement et l’admiration de tous ceux qui ont le plaisir d’en profiter.

* L’art de l’aquarium Colette Rabut Patrick Butteux (Bordas Nature)

Labidochromis coeruleus le cichlidé jaune du Malawii- Femelle - Photos Josiane Baud

Labidochromis coeruleus le cichlidé jaune du Malawii- Femelle - Photos Josiane Baud

Tag(s) : #aquariophilie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :